Choeur d'hommes d'Anjou choeur d'hommes fondé en 1990

Le Choeur d’hommes d’Anjou, bientôt en concert (17 mars 2018)

24 avril 2018

Ouest-France – LE MARILLAIS

Le Choeur d’Hommes d’Anjou donnera un concert exceptionnel, samedi 17 mars, en la chapelle mariale de Notre-Dame du Marillais.

Créé en 1990, l’ensemble vocal est uniquement composé de voix masculines. Une trentaine. Il se produit régulièrement en Maine-et-Loire, souvent en partenariat avec des chorales locales. Mais il se déplace aussi dans la région, à la demande de municipalités ou d’associations.

« D’autres manifestations nous ont entraînés loin de nos terres, puisque nous nous sommes rendus au Canada, aux Pays-Bas, en Autriche, en Russie, en Suisse, au Luxembourg et en Irlande », souligne Jacques Lebrin, responsable de l’association.

Son répertoire comprend des chants sacrés des traditions chrétiennes, orthodoxes et juives, des choeurs d’opéras et des chants profanes de la tradition populaire française et de quelques pays d’Europe.

Des airs interprétés a cappella ou accompagnés au piano, sous la direction de Romain Desjonquères, chef de choeur et instrumentiste.

Prochain concerts

Aucun événement n'a été trouvé

Aucun événement n'a été trouvé

Tout afficher

Les actus

Maulévrier : Chœur d'hommes, un concert très fort

Courrier de l’Ouest - Jeudi 28 mars

28 mars 2024

Samedi, près de 200 personnes se sont retrouvées à l'église Saint-Jean-Baptiste pour assister au concert du Chœur d'hommes d'Anjou, organisé par l'Union Saint-Pierre-Toutlemonde-Maulévrier football.

Ce chœur, créé il y a 34 ans, est composé de 39 choristes, placés sous la direction de la cheffe Irina Nikonovich, professeure de chants, pianiste et chanteuse lyrique. La première partie fut consacrée aux chants religieux, commençant par une prière pour l'Ukraine, suivie par un chant russe, pour un message de paix espéré entre les deux pays. Puis, les choristes ont emmené le public en Italie, au Pays de Galles et Bulgarie, avant de revenir en France.

Moment fort aussi quand Irina Nikonovich a interprété, seule au piano, un chant tzigane, avant que le chœur n'entonne « La mer », titre de Charles Trénet. Chant Zoulou, parlant de l'Apartheid, puis chanson du film « Exodus », dédié aux rescapés de l'Holocauste, ont ponctué le concert. “ Nous allons terminer en chantant tous ensemble l'« Alléluia », dans l'espoir d'un monde meilleur ”, a proposé Irina Nikonovich, d'origine russe.

Courrier de l’Ouest  

Voir tout